Manif du 14 juin 2016 – Qui est violent ? Les manifestants ? Ou le gouvernement ?

Publié le 20 juin 2016

1936-Manifestation à ParisNotre copain prof d’Histoire-Géo André rentre de la manifestation du 14 juin 2016 à Paris.

Il n’a pas vu la même manifestation que celle décrite par les médias…
Rappel de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 :

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Qu’est-ce que ce fameux 49.3 ? Retour sur les institutions de cette 5ème République monarchique accouchée par le coup d’état que commet De Gaulle en 1958. Pas étonnant qu’une constitution rédigée après un putsch, soit aujourd’hui toujours aussi peu démocratique…

Play

4 thoughts on “Manif du 14 juin 2016 – Qui est violent ? Les manifestants ? Ou le gouvernement ?”

  1. Vous parlez d’insurrection, de violence légitime contre l’appareil d’état, et vous finissez par conclure que la solution est d’élire un sauveur suprême …

    vous évoquez une révolution intégrée dans l’idée d’une élection de mélenchon, je comprend pas votre stratégie

    bises, c’est très intéressant tout de même

  2. Salut Tripes,

    tu as raison. Laissons nous faire, et en 2017, continuons à tranquillement voter à droite : soit pour le PS, soit pour le RPR, ce qui est pareil.
    A moins de gâcher son vote du premier tour pour une secte gauchisante à la mord-moi-le-noeud, ou pour des écolos en peau de lapin qui n’ont de cesse de se trouver un job de ministre chez les socialos.
    Jibédé.

  3. en fait, je ne pense pas que la solution réside dans l’élection d’un oligarque.

    Après je comprend ton point de vu, mais perso j’ai du mal en ce moment à avoir un jugement objectif sur cette grosse vague d’adoration pour « JLM2017 », c’est ptet une simple auto-méfiance absurde, mais je pense que ce mouvement social ne doit pas avoir comme finalité une élection.

    et arrêtons de traiter les partis d’extrême gauche de secte, c’est le jeu des réactionnaires et ça n’a aucun sens.

    bien à vous

  4. A 12 mois du scrutin présidentiel, qui il y a t-il à gauche ? … A part Mélenchon : … Rien. RIEN ! PERSONNE ! Le néant. Nib. Que dalle…
    Georges Marchais est mort. Arlette Laguillier est à la retraite. Poutou rigolait lui même de son simulacre de candidature. Besancenot a, il y a déjà plusieurs années, déclaré sur France Inter « qu’il avait compris les leçons de l’Histoire et qu’il ne faut donc pas que les trotskistes prennent le pouvoir, car ce genre de chose se termine toujours par un bain de sang »… Quant aux « écolos », ils sont prêts à vendre père et mère pour un strapontin au gouvernement… entre deux campagnes pour la voiture nucléaire ou pour les éoliennes qui sauvent les bébés phoques.

    Alors on peut toujours éparpiller son vote de premier tour sur des machins groupusculaires qui ne feront pas 5%, mais qui assureront l’arrivée du pire au 2ème tour : que ce soit le PS, le RPR ou le FN. Et on aura encore cinq ans pour battre le pavé, cette fois-ci contre la destruction de la Sécu. Non merci.

    Quant au vilain Mélenchon, s’il était « un oligarque », il y a belle lurette qu’il serait en train de pantoufler et de cumuler les émoluments de divers mandats. Au lieu de ça, il a préféré affronter Le Pen après son échec à la présidentielle. Qui d’autre à gauche, a eu le courage de ce combat antifasciste ?

    Et en plus, pas de bol : Mélenchon ne fraude même pas le Fisc. Dommage, les « journalistes » et ses détracteurs auraient au moins eu quelque chose de concret contre lui. Au lieu de gloser vaguement sur ce que l’on suppose de sa psychée ou de ses pulsions secrètes et forcément inavouées.

    Bien à vous aussi,

    Jibédé.

Laisser un commentaire