Histoires de femmes dans les colonies

Publié le 22 novembre 2013

Une heure avec notre agrégé d’Histoire Cédric Delaunay.
Pourquoi des blancs sont-ils à l’origine de pratiques polygames ?
Savez-vous ce qu’est un BMC ? (Bordel Militaire de Campagne).
Quelques exemples très divers de situations de femmes dans les colonies, sous les angles du sexe, de l’éducation, et du droit…

Play

2 thoughts on “Histoires de femmes dans les colonies”

  1. Heureux d’enfin voir aborder le sujet du sexisme (principalement occidental, tiens tiens ^^).
    Et on ne parlera jamais assez des « bienfaits » de ces chers colons notamment français, qui ont apporté tant à ces sociétés primaires. Ce n’est pas Soro Solo qui me contredira (excellent témoignage lors du TEDx Paris de 2010)

  2. Sujet intéressant et assez peu abordé dans l’historiographie « officielle » et « grand public ».

    Cependant, d’autres chercheurs et historiens contredisent votre vision totalement négative de la place de la femme dans le golfe de guinée.

    La traite arabe et surtout Atlantique a, il est vrai impacté les sociétés et états à l’intérieur des terres (au début) et la demande et contrainte esclavagiste à modifié les structures des sociétés côtières comme vous le mentionnez bien.

    Le déficit d’hommes captures, vendus et déportés a provoqué un remplacement de leurs activités par celles de femmes, plus nombreuses.

    La polygamie, jusque la réservée aux élites (comme partout dans le monde à l’époque) s’est développée pour concerner toutes les couches de la société.

    Cela dit, dans les sociétés côtières de l’actuel Ghana jusqu’au Nigéria, des traces vivaces de matriarcat font que les femmes des peuples de la zones n’étaient pas dénués de tout pouvoir politique.

    Dans le Royaume du Danhomey, les femmes siégeaient dans des assemblés (non mixtes) en plus de celles des hommes à égalité de pouvoirs. C’est d’ailleurs l’assemblé des femmes qui a déclaré la guerre lors de l’invasion française alors que l’assemblé des hommes ne le voulait pas.
    Chose impensable en Europe à l’époque…

Laisser un commentaire