Autour de la Commune de Paris – Episode 5 – L’Histoire sous contrôle des riches

Publié le 28 mai 2021

A lire : La série en BD « Le cri du peuple » par Tardi et Vautrin.

150 ans après, la Commune de Paris effraie toujours la bourgeoisie … et une partie d’une populace enfumée et égarée …
A l’école et dans les médias, on évoque à peine le souvenir tabou de ces 72 jours qui changèrent pourtant l’Histoire.

Par contre, à la télé et dans les manuels scolaires, il est politiquement correct de célébrer le tyran sanguinaire que fut Bonaparte. De gémir contre la nuit du 4 août. De pleurer sur cette pauvre Marie En toilette. De hululer de trouille contre la Terreur. Contre le méchant Robespierre. Il est aussi à la mode de réhabiliter Pétain et son régime fasciste. Et de salir la Résistance. On peut même donner un écho médiatique à des militaires fascistes qui célèbrent la tentative de putsch de 1961 … Mais la Commune = Pas bien !

La fabrique et l’enseignement de l’Histoire sont contrôlés par la bourgeoisie : Ses ministres, ses communicants, ses mandarins universitaires… La situation s’aggrave avec la précarité du statut des profs de fac. Aujourd’hui, la moitié d’entre eux sont en CDD : Pour décrocher et garder un job de prof, il faut donc enseigner des propagandes notamment fabriquées par l’Europe. Quand on fait de la recherche, et qu’on veut trouver du boulot après, il ne faut pas poser de problématique qui fâchent. Il est par exemple déconseillé de faire des recherches sur la collaboration industrielle et financière française avec les nazis. Ou de farfouiller sur les guerres coloniales de la France, entre Guerre d’Algérie ou Rwanda…

En 2021, la situation s’est aggravée avec à nouveau l’impossibilité d’accéder à des archives encore ouvertes il y a peu. Il est notamment redevenu officieusement interdit de consulter des archives des années 30 et 40, années pendant lesquelles la grande bourgeoisie a commis bien des méfaits …

Professeur émérite à l’Université Paris VII, l’historienne Annie Lacroix-Riz en sait quelque chose …

Intégralité de la série Commune de Paris : Ici.

La Commune de Paris – Episode 4 – Histoire tabou … pour les riches

Publié le 21 mai 2021

Couverture du 4ème tome de la série de BD  » Le Cri du Peuple  » par Tardi et Vautrin.

La bourgeoise au pouvoir contrôle programmes scolaires et médias. Les riches célèbrent certains personnages et événements. Et en enterrent d’autres :
Le dictateur Napoléon Bonaparte ? : Très bien. Pétain ? Finalement pas si pire … Et ces quarterons de généraux en retraite qui commémorent la tentative de putsch de 1961 ? Ne méritent-ils pas le très large écho médiatique dont ils ont fait l’objet ? L’Union Européenne ? : Formidable !

Mais la Commune de Paris ? : Pas bien du tout ! La Résistance française aux nazis ? : Des assassins à la solde de Moscou. Et le communisme français ? C’est très très mal … Même s’il a permis des conquêtes sociales comme la retraite ou la sécu
C’est ce qui se dit à la télé … et pire, dans les manuels scolaires … et parfois sur consigne de l’Union Européenne …

Avec les copains profs d’Histoire-Géo. Autour d’un article du Monde Diplomatique : Bienvenue au musée de la propagande européenne.

Intégralité de la série Commune de Paris : Ici.

Palestine-Israël – Et David devint Goliath …

Publié le 17 mai 2021

Avec Olivier Pironet, journaliste du Monde Diplomatique et responsable d’édition de Manière de Voir.

1948 : Création de l’Etat d’Israël. Cette colonisation de la Palestine par des Juifs a été accélérée par le choc de la découverte des crimes nazis.

2018 : Commémoration des 70 ans d’Israël. Dans nos médias dominants, il n’a guère été question du long calvaire des Palestiniens, colonisés, chassés de leurs terres et opprimés… notamment au nom de fables religieuses sans fondement…

A voir et à écouter : Rap News : The Juice Media.com. Première diffusion : Juin 2018.

La Commune de Paris – Episode 3 – 1870-1940 – Le choix de si étranges défaites

Publié le 10 mai 2021

Guerre de 1870 : Trahison du Maréchal Bazaine, qui livre notamment Metz aux Prussiens.
1940 : Trahison du Maréchal Pétain. Même logique de classe : Quand les riches ont peur, ils pleurent dans des bottes étrangères. Prussiennes. Allemandes. Américaines. Ou les deux.

Quand elle se sent menacée par le peuple français, la bourgeoisie française a pour habitude de demander de l’aide à l’étranger.

1860-1870 : Napoléon III accorde quelques droits à la classe ouvrière. Ce qui effraie la bourgeoisie.
1870 : Pour conforter son pouvoir, Napoléon III déclare la guerre à la Prusse. L’armée française est commandée par le Maréchal Bazaine, pour qui le danger n’est pas l’envahisseur prussien, mais la classe ouvrière française. Trahison de Bazaine … Cette même logique de classe est à l’oeuvre dès les années 1920, avec la trahison de Pétain qui aboutit en 1940

Car comparé à l’impérialisme allemand ou étasunien, l’impérialisme français est faible. Notamment à cause de ce peuple français parfois très remuant …

Avec l’historienne Annie Lacroix-Riz, Professeur émérite à l’Université Paris VII.

1871 – La Commune de Paris – Episode 2 – Populaire. Patriotique. Révolutionnaire.

Publié le 3 mai 2021

Dessin de Tardi : A lire : Sa série « Le cri du peuple« .

1870 : La France perd lamentablement la guerre contre la Prusse. Il y a eu trahison dans l’état-major français. Napoléon III fuit. Fin du Second Empire. La bourgeoisie proclame la Troisième République et installe son gouvernement à Versailles. Les armées prussiennes cernent la capitale. Mais le peuple parisien résiste, et en mars 1871, proclame la Commune et son programme révolutionnaire.
La bourgeoisie française est plus effrayée par les Communards que par les Prussiens. Fin mai, une armée versaillaise écrase la Commune, avec l’aide de l’envahisseur prussien … Massacre de plus de 20 000 personnes, – hommes, femmes, enfants – , soit infiniment plus de victimes que la Terreur de 1793 n’en fit à Paris.
En 1871, comme en 1940, le populo est patriote, quand la grande bourgeoisie trahit la nation, avec complicité étrangère. L’oligarchie financière tente depuis d’étouffer le souvenir tabou de la Commune … dont on ne parle ni à l’école, ni dans les médias …